Guide complet : Comment bien rédiger son CV Suisse ?

Comme beaucoup, vous avez certainement entendu parler du marché du travail extrêmement florissant en Suisse. Pour y postuler et espérer décrocher un emploi dans cet état particulièrement prisé, il vous faut maitriser l’art de rédiger un bon CV Suisse. Découvrez comment vous y prendre et quelles sont les différences notables avec les Français.

1. Un bon CV Suisse pour décrocher rapidement des entretiens

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans ce type de situation : Vous avez le profil idéal pour le poste et pourtant, personne ne vous contacte pour un entretien. Et si le problème venait de votre CV ? Il est important de savoir suivre la bonne méthode pour rédiger un bon CV qui attire le regard, en évitant les principales erreurs généralement faites par les candidats.

En premier lieu, vous devez savoir que le marché de l’emploi Suisse est assez spécifique. Bien qu’il n’existe aucune réelle norme officielle, il est impératif que le CV Suisse réponde à certaines conventions d’usage, si vous souhaitez optimiser votre candidature. Vous devez faire en sorte que votre CV soit suffisamment performant pour le marché de l’emploi Suisse. Il faut pour cela que vous y inscriviez des spécificités locales, que vous soyez un ressortissant Suisse, étranger ou un frontalier.

Voici vos objectifs du jour pour l’aide à la rédaction de votre super CV Suisse :

  • Rédiger un bon CV qui soit parfaitement adapté au marché de l’emploi Suisse.
  • Faire un CV gagnant en efficacité et qui sera un gain de temps pour le recruteur afin que ce dernier comprenne rapidement votre profil.
  • Rédiger un super CV qui retiendra sans nul doute l’attention de votre futur employeur.
  • Obtenir le maximum d’entretiens afin de multiplier vos chances de décrocher un travail en Suisse, ce qui est finalement l’objectif premier.

Gardez cependant en tête que le marché de l’emploi en Suisse est particulièrement compétitif. Cela signifie que vous devez être en mesure de faire bien mieux que les autres !

 

a. Pourquoi est-il impératif de faire un vrai bon CV Suisse pour candidater en Suisse ?

En fait, tous les employeurs ont leurs préférences, toutefois il a été prouvé par des études que les modèles de CV non spécialisées pour la Suisse ne fonctionnent généralement pas. En effet, les recruteurs suisses ont en général des attentes correspondant aux spécificités locales. Ainsi, il vous faudra adapter votre CV français aux attentes suisses afin de ne pas tomber à côté du travail de vos rêves !

Contrairement à ce que vous pensez, les spécificités suisses en questions ne sont pas forcément complexes. Il se peut par exemple que cela joue uniquement sur la forme du CV, tel que le nombre de pages ou la présentation. Toutefois, le fond doit également être adapté aux demandes des recruteurs, notamment si votre candidature a été envoyée depuis l’étranger. Vous devez savoir que les recruteurs suisses ont besoin de davantage de contexte car il est important qu’ils puissent cerner votre profil et une partie de votre personnalité à travers votre curriculum vitae.

Un candidat qui ignore – volontairement ou involontairement – les spécificités relatives au CV suisse, sera pénalisé, même si son profil correspond parfaitement aux attentes de l’emploi. Ne vous contentez pas de gagner en efficacité, pensez à prendre en compte les habitudes et attentes locales.

 

b. Ne pas confondre CV Suisse et lettre de motivation

Il est important de noter que le rôle du CV diffère grandement de celui de la lettre de motivation. Cette lettre a pour objectif de faire le lien entre votre CV et les attentes ainsi que les projets de l’entreprise. La lettre de motivation devra mettre en avant les points importants de votre parcours professionnel. Ce sera à travers votre lettre de motivation que vous pourrez expliquer aux recruteurs en quoi vous feriez un bon élément pour leur société.

Bien que nous allons davantage nous concentrer sur la rédaction d’un bon CV suisse, gardez en tête que ces 2 documents font fait partie intégrante du dossier de candidature. Si vous avez besoin d’un petit coup de pouce pour la rédaction d’un CV suisse performant, vous pouvez faire appel à une aide professionnelle. De cette manière, vous serez en mesure de jouir d’un accompagnement personnalisé et optimiser vos chances de décrocher rapidement un entretien.

 

c. Les bases pour faire un CV suisse efficace

Durant toute la durée de votre parcours de candidature, vous devez garder en tête votre objectif final qui est de décrocher un emploi en Suisse. Voici les points essentiels à retenir pour rédiger un CV efficace, parfaitement adapté au marché de l’emploi en Suisse :

  • Votre CV devra retenir l’attention du recruteur d’un premier coup d’œil.
  • Il communiquera directement au recruteur ce que ce dernier devra retenir de votre profil.
  • Il vous permettra normalement de décrocher un entretien, dès lors que vous correspondez au profil recherché.

Une étude sur le marché du travail en général aura déterminé qu’un recruteur ne passera pas plus de 45 secondes à évaluer l’intérêt d’un CV. Vous n’aurez donc que ce court laps de temps pour attirer ou non l’attention de votre recruteur. En cas de manquement à cette phase d’évaluation, votre CV risque fort de se retrouver dans la mauvaise pile.

Votre première tache sera de simplifier le travail du recruteur en facilitant la lecture de votre CV suisse. Présentez efficacement votre parcours professionnel afin que le recruteur puisse en avoir une idée juste et rapide. Allez à l’essentiel et inutile de tout écrire en détail.

2. La bonne forme du CV suisse

C’est bon, pour ce qui est du fond, vous savez tout ce qu’il y a à savoir quant au CV suisse. Maintenant, il est temps de mettre un peu tout cela en forme sur le papier. Bien évidemment, il n’existe pas de CV parfait ou excellent et chacun doit faire à sa manière. De ce fait, certaines informations peuvent être rajoutée ou retirer, en fonction de votre personnalité, de votre parcours et de vos particularités. L’essentiel est que vous soyez en mesure de vous présenter sur votre meilleur jour et que votre CV soit une sorte d’affiche publicitaire à votre effigie.

 

a. Comment mettre en forme son CV en Suisse ?

Gardez en tête que votre dossier de candidature doit être à votre image. Votre CV suisse vous représente, aussi il est important que vous le soigniez, sinon ce serait comme si vous étiez vous-même une personne négligée. Prenez donc soin de la forme de votre CV suisse, avec la bonne police, les couleurs, les dispositions et autres, afin d’en simplifier la lecture. Votre Curriculum Vitae doit être bien propre, fonctionne et surtout agréable à lire.

 

b. Une belle photo nette et avenante sur votre CV suisse

En tout premier lieu, il est important que vous fassiez attention aux détails qui feront la différence avec la concurrence. Certains candidats pensent qu’il n’est pas nécessaire de mettre une photo sur son CV suisse. Détrompez-vous car la photo a toute son importance ! Sur cette dernière, vous devez vous mettre sous votre meilleur jour et être aussi naturel qu’accessible. Inutile de sortir le costard cravate avec un regard dur. En revanche, oubliez le tee-shirt imprimé et l’air avachi ou encore le décolleté trop profond pour les filles. Un simple vêtement couleur uni avec un joli sourire franc et avenant feront parfaitement l’affaire, avec une posture droite de préférence un peu en profil ¾.

 

c. La présentation est la clé de la réussite

Pour que votre candidature soit une réelle réussite, vous devez être en mesure d’attirer l’attention de vos recruteurs grâce à la présentation de votre CV suisse. Même si ce dernier peut s’avérer pauvre en contenu, vous pourriez avoir votre chance s’il capte le regard. Et inversement, si vous avez un joli profil de type senior alors que votre présentation est bâclée, le recruteur risque de ne même pas prendre le temps de lire votre CV, ce qui vous pénaliserait grandement. Souvenez-vous de ce qui s’est dit plus tôt déjà : Un recruteur mettra 25 à 45 secondes pour décider si votre CV en vaut ou non la peine.          

Commencez par oublier l’originalité et le trop plein de couleurs criardes – sauf si vous postulez pour un métier artistique où l’originalité est de mise. Pensez au fait que la police de caractères utilisée dans votre CV suisse apportera un ton général à l’ensemble. Il est important que votre CV soit lisible, aussi évitez les polices de caractères complexes et ne variez pas : Servez-vous de 2 polices de caractères maximum pour donner le ton à votre CV suisse.

 

d. Pensez à aérer le corps de votre CV suisse

Lorsque le recruteur consultera votre CV, il est important qu’il se rende compte que vous êtes une personne fiable, impliquée et stable. A vouloir faire trop original ou « arbre de Noel », vous risqueriez de véhiculer l’image d’une personne trop volatile et trop artistique pour faire ce qui doit être fait. Pensez donc à aérer votre texte et il est inutile que vous forciez votre CV à ne tenir que sur une page.

La taille de police doit être agréable à lire : Optez toujours pour la moyenne située entre 11 et 12 et oubliez les couleurs. Contentez-vous d’une police noir sur fond blanc. Puis ne soyez pas avare en papier et laissez suffisamment de marges sur la gauche ainsi qu’entre les rubriques sous le corps du CV.

3. La bonne organisation du CV suisse

Comme dans toute rédaction de CV, le CV suisse nécessite certaines rubriques obligatoires, que le recruteur s’attend automatiquement à retrouver. Vous avez également d’un côté les rubriques facultatives que vous n’êtes pas obligé d’insérer. En revanche, ces rubriques peuvent constituer un atout, comme elles peuvent vous pénaliser, en fonction de ce qu’elles contiennent et de la manière dont vous les rédigez. A vous donc de voir, en fonction de votre profil, si les inclure peut être une bonne ou une mauvaise idée.

 

a. Les rubriques obligatoires du CV suisse

En tout premier lieu, vous avez la partie identité et informations personnelles. Vous devrez obligatoirement y indiquer des informations pratiques telles que vos noms et prénoms, votre nationalité, votre adresse ainsi que vos coordonnés. De préférence, indiquez directement votre âge et non votre date de naissance. Cela évitera au recruteur d’avoir à faire un calcul mental et il pourra se faire directement une idée de votre maturité en rapport avec vos expériences professionnelles.

Vous aurez ensuite la rubrique formation, où vous devrez indiquer votre parcours scolaire et universitaire ainsi que les diplômes que vous avez en votre possession. Vous indiquerez également les formations professionnelles que vous avez suivies dans cette catégorie. Pensez également à indiquer vos compétences, en les présentant de manière objective et pas trop publicitaire de préférence. Dressez une simple liste de vos savoir-faire et indiquez vos qualités en savoir-être.

Les expériences professionnelles et références, qui sont une partie d’une importance capitale. Prenez longuement soin de rédiger cette partie, afin qu’elle soit à la fois simple et explicite. Présentez toujours vos expériences en commençant par la plus récente. Certains profils disposant de nombreuses expériences dans différents domaines peuvent présenter cette partie du CV suisse sous forme de thématique. Dans tous les cas, veillez à ce que votre CV soit parfaitement structuré. Si cela vous semble plus compliqué, allez toujours au plus simple. Et pour ce qui est de vos références, c’est à dire des personnes pouvant attester de vos compétences, ne mentionnez que les plus pertinentes afin de ne pas tomber dans le remplissage de CV.

 

b. Les rubriques facultatives du CV suisse

Dans un CV suisse comme dans un CV français, les parties « projets personnels » et « hobbies » ne sont jamais obligatoires, mais fortement conseillées. Ces rubriques sont habituellement considérées comme étant des rubriques facultatives, pourtant elles peuvent en dire long sur votre profil et sur votre personnalité. D’une manière générale, veillez à ce que votre CV ne soit pas trop technique et impersonnel, comme il en existe des milliers. Votre objectif est d’être capable de vous démarquer et de démontrer du premier abord pour la compréhension du recruteur ce que vous avez d’intéressant à leur offrir.

4. Les informations personnelles sur un CV suisse

Puisque nous avons vu la base générale de l’agencement d’un CV suisse, nous allons à présent rentrer dans les spécificités de chaque rubrique. Commençons par la rubrique identité, qui a toute son importance dans le sens où elle permettra au recruteur de savoir qui vous êtes. Vous devrez y indiquer vos nom et prénom, votre âge, votre état civil, votre téléphone, vos adresse postale et adresse e-mail…

Rassurez-vous quant à la protection de vos données. Toutes les informations indiquées sur votre CV sont protégées par la loi Suisse et le recruteur doit s’y plier. Il est toutefois difficile de faire la part entre ce que veulent réellement les recruteurs et ce que la loi implique. Ainsi, si vous n’êtes absolument pas dans l’obligation d’indiquer votre nationalité dans votre CV, il se peut que le recruteur considère cela comme un critère important.

 

a. Pourquoi indiquer sa nationalité ?

Lorsque vous indiquerez votre numéro de téléphone, pensez à renseigner directement l’indicatif international. Vous devez savoir que le marché du travail en Suisse est international. En effet, ce pays compte 25 % de population étrangère avec plusieurs centaines de milliers de travailleurs frontaliers, qui peuvent provenir de la France, mais également de l’Allemagne, de l’Autriche, de l’Italie et autres. Il est donc possible de retrouver plusieurs dizaines de nationalités différentes parmi les CV qu’un recruteur doit trier. De plus, vous devez savoir que le recruteur privilégiera les ressortissants européens. En effet, si vous ne faites pas partie de l’AELE, votre futur employeur aura beaucoup de mal à obtenir un permis de travail s’il n’en possède pas déjà un.

 

b. L’importance de l’adresse dans un CV suisse

D’une manière générale, il vous faudra une résidence en Suisse pour pouvoir postuler à un emploi en Suisse. De ce fait, les recruteurs suisses pourraient filtrer les demandes indiquant des adresses à l’étranger. Toutefois, ne mentez pas. N’indiquez pas l’adresse locale d’un ami si vous ne comptez pas résider chez lui. Des complications risqueraient de survenir par la suite lorsque vous serez en entretien et cela vous pénaliserait.

 

c. L’âge et la situation de famille

D’une manière générale et du point de vue l’égal, l’âge n’est pas une information obligatoire sur un CV. Toutefois elle est fortement recommandée, notamment si le recruteur recherche un certain profil. De plus, il est vivement conseillé de jouer la transparence sur un CV suisse, car les recruteurs ont bien mieux à faire que de jouer aux devinettes en se basant sur vos expériences professionnelles.

Pour ce qui est de votre situation familiale, elle est à insérer dans le CV pour plusieurs motifs. Et sachez qu’aucun statut n’est ou non pénalisant : Cela dépend réellement du profil recherché pour le poste. En effet, en étant célibataire, vous serez bien plus disponible. Pourtant en étant marié avec des enfants, vous serez considéré comme étant plus mature. Demeurez discret sans trop l’être sur ce point et n’entrez pas dans les détails. Par exemple, dites « Marié, père de famille » plutôt que de dire « Marié avec 3 enfants en bas âge ».

 

d. La mention des profils Linkedin et autres réseaux sociaux dans son CV

Un bon point pour vous consisterait à indiquer un lien vers votre profil Linkedin, en faisant en sorte que ce dernier soit pertinent bien évidemment. Ensuite, si vous souhaitez mentionner d’autres profils de réseaux sociaux, ne le faites que s’il s’agit de profils professionnels. Ne mélangez jamais l’aspect professionnel et l’aspect personnel.

5. La rubrique formation et diplômes : Comment se mettre en valeur ?

Une fois que ce sera bon pour la partie « informations personnelles », passez à présent à vos formations et diplômes. Alors, comment bien les mentionner dans votre CV suisse afin que votre CV fasse toute la différence ?

 

a. Prenez le temps d’expliquer et valorisez vos études

Dans cette rubrique, il est inutile de revenir sur la totalité de votre itinéraire scolaire. Il vous faudra rédiger un résumé pertinent et appuyer les passages importants, tels que l’obtention de vos diplômes professionnels spécifiques. Votre parcours et vos formations seront présentées dans l’ordre chronologique inverse, afin que votre futur employeur puisse directement avoir la main sur votre plus haute graduation.

Dans cette partie, vous devrez prendre le temps d’expliquer vos formations et diplômes. En effet, votre CV suisse devra être explicite car il se peut que les recruteurs locaux ne comprennent pas les termes étrangers trop techniques. Mentionnez vos notes et mentions lorsque ces dernières sont excellentes ou exceptionnelles, afin de valoriser vos études.

 

b. Indiquez les équivalences et restez pertinent

Pensez à indiquer les équivalences de vos diplômes par rapport aux diplômes suisses dans votre CV, afin de simplifier le travail du recruteur. Les formations relatives aux métiers de la santé par exemple, doivent faire l’objet d’une équivalence officielle. Si vous ne connaissez pas votre équivalence, consultez le site du Secrétariat d’État à la formation, à la Recherche et à l’Innovation (SEFRI).

N’oubliez pas de fournir un peu de contexte, sans pour autant entrer dans les détails. Il est important que la personne en charge du recrutement comprenne parfaitement en quoi votre formation a-t-elle consisté, notamment en cas de titre trop technique.

La plus grande erreur que font généralement les candidats est de trop s’étaler ou s’éparpiller. Ne faites pas de cette rubrique un roman. En effet, l’espace est limité dans un CV et il est préférable d’avoir peu de pages pertinentes plutôt que trop de pages qui n’ont aucun intérêt pour un recruteur. Il faut que les informations indiquées soient en lien avec le cœur du métier que vous visez.

 

c. Inutile de faire de la survente de vos diplômes

Certes, vous vous êtes donné à fond par décrocher vos diplômes et vous avez gagné le gros lot. Vous n’êtes certainement pas peu fier de ce que vous avez accompli. Malheureusement, il n’est pas nécessaire de mettre en avant tout ces diplômes s’ils n’ont rien à voir avec le profil recherché. Par exemple, en plus de votre cursus vous avez fait une école de théâtre. Il est sans nul doute préférable de ne pas en faire mention dans votre CV suisse pour devenir infirmière. Vous devez savoir que la Suisse n’accorde pas vraiment autant d’importance aux diplômes que la France. L’expérience et la pratique prévaudra sur l’apprentissage théorique, aussi inutile de s’étaler sur ce sujet.

6. Expériences professionnelles : La partie la plus importante de votre CV suisse

Bien évidemment, chaque partie devra être rédigée au mieux, toutefois, prenez particulièrement soin de peaufiner la partie « expériences professionnelles ». En effet, il est d’une importance capitale que le recruteur suisse puisse avoir un bon angle de vision par rapport à ce que vous avez déjà fait et ce que vous êtes en mesure de faire pour l’entreprise dans laquelle vous postulez.

Dans un CV suisse est vivement recommandé de placer l’expérience professionnelle la plus récente en tête de liste. Ici encore, comme pour la partie formation et diplômes, il n’est pas nécessaire de tout raconter. Prenez plutôt soin de valoriser les expériences qui sont en relation directe avec le poste que vous visez. Puis, n’hésitez pas à expliquer en quoi votre expérience dans une certaine fonction peut vous être utile pour mener à bien la prochaine mission qui vous sera confiée.

 

a. L’organisation d’information concernant chaque expérience

Une fois que vous aurez fait votre tri – à savoir quelle expérience devra figurer ou non dans votre CV suisse – il vous faudra savoir exactement comment organiser ces informations sur le papier. Vous devez faire figurer l’employeur ainsi que le lieu de travail pour chaque expérience professionnelle citée. Pensez à mentionner la ville et le pays s’il ne s’agit pas de la Suisse. Vous devez également indiquer le poste que vous avez occupé ainsi que la date de début et celle de la fin de la collaboration. Pour que les informations soient encore plus complètes, ajoutez-y les informations relatives aux responsabilités occupées ainsi qu’aux tâches exécutées.

Dans votre CV suisse, ne vous contentez pas de lister vos expériences, procédez comme suit :

  1. Nom du poste occupé (infirmier, ingénieur système, responsable marketing, enseignant, horloger, dentiste, avocat…)
  1. Missions et tâches effectuées. Qu’est ce que vous avez fait concrètement lorsque vous étiez à ce poste ? Avez-vous mis en place quelques plans d’actions pour la société et sur quelle base ? Avez-vous encadré des équipes et de combien de personnes ?

 

  1. Les résultats obtenus si ces derniers sont chiffrés et probants. Par exemple, êtes-vous parvenu à augmenter les actions de l’entreprise ? Etes-vous parvenu à redresser la barre ou à former plusieurs personnes ? Si cette partie est inexistante, inutile d’en faire mention.

Si les CV français et anglais sont généralement synthétisés, gardez à l’esprit que les CV suisse se rapprochent un peu des CV allemands en étant très complets et qu’ils peuvent faire plusieurs pages. Il est préférable de mentionner ce qui est important afin de contenter votre recruteur. Cela vaut notamment dans le cas où vous postulez pour un métier assez technique ou si votre profil est de type senior. Pour établir plus facilement la partie expérience professionnelle de votre CV, il est vivement conseillé d’effectuer au préalable un bilan de compétences.

 

b. La mention des références sur son CV suisse

Existe-t-il des personnes qui soient en mesure de parler en bien de vous et du travail que vous avez effectué ? Si oui, il est nécessaire que vous en fassiez mention dans votre CV suisse, car il s’agit de vos références. En revanche, ce n’est pas une obligation. Inutile de mentionner les coordonnées de cette personne. Mentionnez simplement son nom et le poste qu’il occupe dans votre ancienne hiérarchie. Les informations complémentaires vous seront demandées durant l’entretien. N’oubliez pas de prévenir les personnes que vous mentionnez en référence.

7. Faire mention de ses compétences : Un atout majeur pour le CV suisse

Pour que votre CV suisse gagne en valeur, il est important que vous sachiez exprimer vos compétences. Le recruteur aura ainsi une meilleure visibilité sur la manière dont il pourrait s’y prendre pour appliquer vos compétences et votre profil à sa propre structure.

L’erreur la plus courante des candidats est de confondre « compétences » avec « tâches ». Vos compétences sont vos capacités particulières. Etes-vous bon en négociation ? Avez-vous une forte résistance au stress ? Etes-vous particulièrement dynamique et avez-vous un esprit critique ? Simplifiez le travail du recruteur en expliquant en quoi vos compétences pourraient être un atout pour son entreprise. Attention, 2 ou 3 compétences suffiront, inutile d’en lister une dizaine.

 

La maitrise des langues étrangères : Une compétence reconnue et fortement appréciée

Parmi les compétences que vous pourriez faire figurer en priorité : La maitrise de langues. Vous avez le choix entre intégrer les langues que vous maitrisez dans la rubrique compétence ou créer une toute autre rubrique pour cela. Si vous maitrisez plusieurs langues, il est préférable d’y consacrer directement une toute nouvelle rubrique dédiée.

La Suisse est un petit pays extrêmement cosmopolite, qui comporte 4 langues nationales. Les régions linguistiques y sont fortement marquées, aussi la mention et l’indication de votre niveau en langue est d’une importance capitale. Pour l’évaluation de la maitrise d’une langue, oubliez les mentions « lu, écrit, parlé » et misez plutôt sur la classification du Conseil de l’Europe. Inutile de tricher, soyez le plus objectif possible car vous risquerez fort d’être interrogé durant l’entretien. A moins que vous ne le soyez déjà durant l’entretien téléphonique qui précède le rendez-vous.

Notez que les langues les plus parlées en Suisse sont :

  • le suisse allemand à 63 %
  • l’allemand à 34 %
  • le français à 28%
  • l’anglais à 21%
  • l’italien à 8%

Si vous en maitrisez d’autres, n’hésitez pas à en faire mention dans votre CV, ce sera toujours utile. Toutefois, privilégiez tout d’abord ces 5 langues, en indiquant tout d’abord la langue maternelle, puis la langue étrangère la mieux parlée. N’hésitez pas à faire mention de vos séjours significatifs à l’étranger, c’est à dire de vos séjours linguistiques de plusieurs mois.

D’une manière générale, il est fortement recommandé de maitriser l’allemand pour aspirer à un poste en Suisse alémanique. Toutefois, la maitrise de l’anglais peut s’avérer suffisante si vous postulez dans une entreprise multinationale en Suisse romande. Beaucoup de sociétés Suisse exigent la maitrise parfaite de l’anglais, étant donné qu’il s’agit de la langue des affaires et qu’elle est devenue indispensable.

8. La mention des loisirs et objectifs personnels dans le CV suisse

C’est bon, jusqu’ici vous avez fait le plus dur, dans le corps de votre CV suisse. A présent, voyons la partie non obligatoire, qui est pourtant très importante malgré ce que pensent beaucoup de candidats. Le recruteur ne s’intéresse pas réellement de près à vos hobbies, votre vie ou vos projets personnels. En revanche, ces quelques informations pourraient être très importantes pour déterminer votre profil et votre personnalité.

Si vous pensez que vos hobbies ne valent pas la peine d’être mentionnés, vous avez certainement raison ! Il est préférable de ne rien mettre plutôt que de mentionner votre passion pour le tricot, ce qui n’apporterait aucune valeur supplémentaire à votre CV suisse. En revanche, un passionné de jeu d’échec et de stratégies pourra le mentionner, car cela peut être associé à une compétence particulière. Si vous êtes un sportif particulièrement assidu, n’hésitez pas à en faire part également, car cela pourrait être considéré comme une indication positive de votre personnalité.

Pour ce qui est de vos projets personnels – et cela vaut pour les questions piège durant un entretien – inutile de préciser que vous souhaitez vous lancer à votre propre compte dans un an ou deux. Cela signifie que vous n’envisagez nullement de vous projeter dans l’entreprise pour laquelle vous postulez. Ne dites pas non plus à votre recruteur que vous voulez sa place d’ici quelques années ! Dites juste que vous vous voyez encore dans cette entreprise pour un bon bout de temps et que vous espérez gravir les échelons. Si vous souhaitez vraiment créer votre propre boite, mentionnez-le comme pour un avenir lointain que vous envisagez à très long terme.

9. Se mettre à la place du recruteur pour rédiger son CV suisse

Bon nombre de candidats font l’erreur de croire que les recruteurs scrutent le moindre CV en ayant une approche particulièrement pragmatique et objective. Le fait est que le choix des candidats se fait le plus souvent par élimination et non par sélection, surtout si les postulants sont nombreux. Le premier critère éliminatoire sera la présentation du CV. Un curriculum vitae suisse trop compliqué à lire ou un peu trop original pourrait être directement relégué dans la mauvaise pile. Le recruteur pourra penser que vos compétences sont plus artistiques que réellement techniques et utiles pour le poste convoité. 

Vous l’aurez compris, si vous souhaitez avoir des chances que votre candidature débouche sur un entretien, il est préférable de « rester dans le rang ». Les professionnels en ressources humaines sont avant tout des êtres humains qui peuvent être fatigués de crouler sous de nombreuses candidatures. Ils peuvent avoir des préjugés et surtout ce ne sont pas des mediums. Ils ne peuvent pas détecter vos compétences, ni deviner que vous êtes un bon profil si vous ne faites pas tout pour qu’ils le comprennent.

Vous l’aurez compris, il est préférable d’être traditionnel plutôt qu’original dans la rédaction de son CV. Misez sur la sobriété et utilisez du gras ou soulignez les parties importantes, plutôt que d’utiliser trop de couleurs.

10. Un CV en Suisse fait combien de page en moyenne ?

Nous avons vu ensemble pas mal de points à insérer dans votre CV suisse, si bien que vous vous posez certainement des questions concernant le nombre de pages que votre CV doit comporter. Sachez toutefois que cela dépend essentiellement de votre profil. Veillez à ne pas compromettre vous votre candidature en mettant trop de pages alors que vous n’avez qu’un profil junior. De même, ne synthétisez pas trop si vous disposez d’un profil senior qu’il serait judicieux de mettre en valeur.

Pour rester dans la bonne mesure, il est conseillé d’opter pour 2 pages : Ni trop, ni trop peu. Sinon, pour la longueur de votre CV en Suisse, vous pouvez vous servir de cette règle toute simple en vous basant sur vos expériences :

  1. Si vous avez moins de 5 ans d’expérience, faites tenir votre CV sur une seule page.
  2. Si vous avez entre 5 et 10 ans d’expérience, misez sur 2 pages.
  3. Dans le cas où vous auriez plus 10 ans d’expérience, vous pouvez aller jusqu’à 3 pages.

Sachez que les recruteurs n’aiment pas les CV trop courts, toutefois ils se fatiguent vite à lire des CV trop long. Oui, ils sont compliqués ! Mais votre objectif est de les satisfaire pour que votre candidature puisse aboutir à un entretien, donc organisez-vous au mieux !

Gardez également en tête que le nombre de pages de votre CV dépendra de la spécificité technique de la profession pour laquelle vous postulez. Ainsi, les professionnels ayant un profil technique tels que les ingénieurs, informaticiens et professionnels de la santé devront davantage prendre le temps de détailler leurs domaines de compétences.

11. CV suisses VS CV français : Ce que vous devez absolument retenir

Les candidats qui postulent sur le marché suisse, qu’il s’agisse de la Suisse alémanique ou de la Suisse romande, doivent connaitre les spécificités qui différencient un CV suisse d’un CV français. En tout premier lieu, sachez qu’en Suisse alémanique, vous devrez rédiger votre CV en anglais ou en allemand. En Suisse romande, vous pouvez le rédiger en français.

  • En Suisse, le nombre de page est plus souple qu’en France.
  • En France, vous pouvez ne pas mentionner votre nationalité, alors que c’est fort recommandé sur un CV suisse.
  • Dans la rubrique « compétences », comme dans chaque rubrique, vous devez vous assurer que les termes dont vous vous servez soient bien adaptés à la Suisse afin que le recruteur puisse vous comprendre.
  • Il en va de même pour les rubriques « expériences professionnelle » et « formations » : Veillez à ce que les termes employés soient parfaitement adaptés aux usages en Suisse, puis donnez une équivalence de vos diplômes en rapport avec le système suisse.